L'ensemble vocal Le Petit Sablon        (Nederlands)

Présent sur la scène artistique belge depuis plusieurs années, l’Ensemble vocal et instrumental Le Petit Sablon a su dès le départ conjuguer les talents déjà confirmés avec ceux en devenir pour offrir à son public des concerts de grande qualité marqués par un constant souci de respect de l’écriture musicale originale des œuvres présentées. 

Ainsi, dès sa création, il a mis la barre de ses ambitions à un niveau élevé en assurant le concert de clôture du Festival du Printemps Baroque 2005 de Bruxelles, concert de musique française unanimement apprécié par le public et la critique.  Sur cette lancée, l’Ensemble a entamé sa saison 2006 en abordant l’œuvre pour chœur, orgue et piano-forte de Felix Mendelssohn Bartholdy et Franz Joseph Haydn: concert donné dans le cadre de la saison de l’Espace Garage ainsi qu’au Festival de Roisin. Musique française du XVIIIe siècle à nouveau, et pages belges aussi, ont clôturé l’année avec le motet « In Nativitatem Domini » et la « Messe de Minuit » de Marc-Antoine Charpentier ainsi que des pièces de Charles-Joseph Van Helmont.

En avril 2007, le Petit Sablon est invité par le syndicat d’initiative de Luxembourg à  se produire dans un programme de musique ancienne dans le cadre des journées de commémoration Mansfeld.

Suite au concert "Entre Bruxelles et Paris…un Noël au XIXe siècle" donné en décembre 2007, le Petit Sablon est invité au Festival des Midis-Minimes, l’été 2008, pour un concert où les « dames du Petit Sablon » ont chanté un programme inédit de motets français du XIXe siècle pour voix de femmes de Fauré, Massenet, Lalo…

Ce programme a ensuite été présenté en petite formation dans la série de concerts de la Fondation Lismonde à Linkebeek en juin 2008.

Durant l'automne, l’église du Finistère  a accueilli le concert "Un office des ténèbres chez Mlle de Guise", consacré à  la musique sacrée de Marc-Antoine Charpentier.

Le dernier trimestre de l’année 2008 est riche en événements avec la sortie du CD consacré à l'œuvre de François-Auguste Gevaert pour le label Fuga Libera, suivi par un grand concert au Conservatoire Royal de Bruxelles en présence de la reine Fabiola.

En décembre 2009,  c’est encore au Conservatoire Royal de Bruxelles que le Petit Sablon a proposé l’imposant Deutsches Requiem de Johannes Brahms dans la « version de Londres » pour chœur de chambre et piano à quatre mains.

Le printemps 2010 est l’occasion d’une rencontre avec l’œuvre vocale sacrée et profane de Francis Poulenc, mise en relation avec des motets de l’école italienne qui avaient tant inspiré le compositeur, joués ici sur orgue baroque italien. L’année s’est achevée par un magnifique programme de musique française du XVIIIe siècle dédié aux compositeurs qui s’illustrèrent au sein de la prestigieuse Chapelle Royale et virent naître le Concert Spirituel des Tuileries.

L’année 2011 revisite le répertoire français sacré du XIXe siècle et propose, en contrepoint à des pages très peu jouées de Fauré, Messager, Delibes, d’Indy, …, le Requiem de Gabriel Fauré dans la version de 1892 pour orchestre de chambre. Ce programme a été donné à Leuven et à Bruxelles à l’occasion de la clôture du Festival des Midis-Minimes 2011. Le mois de décembre  a été prétexte à la relecture de quelques « Noëls » de Gevaert et de courtes pièces de De Boeck, Franck, Fauré et Poulenc.

La saison 2012 remet à l’honneur l’œuvre vocale sacrée du compositeur et organiste belge August De Boeck, culminant au mois de novembre avec un concert à l’église des Carmes de Bruxelles, « Carmes 1937 », en hommage à trois organistes de l’église, August De Boeck, Alphonse Mailly et Jean Rotthier.

Approché par le compositeur Jacques Alphonse De Zeegant, le Petit Sablon consacre le début de l’année 2013 à l’étude des parties chorales de l’oratorio « Le Mystère du Salut » écrit par ce musicien,  pour aboutir fin mars à la création mondiale de l’œuvre sous la direction du chef français Benoît Fromanger, avec l’Orchestre Symphonique de Bucarest, à l’abbaye de la Cambre de Bruxelles.

La seconde partie de la saison est toute entière dévolue à l’œuvre de Jean-Sébastien Bach. Au mois de juin, l’artiste plasticien Maurice Frydman  a invité le chœur à en donner la primeur dans une formule à quatre musiciens. En décembre, un programme amplifié et joué avec un orchestre de chambre a mis à l’honneur la Messe en sol mineur, les motets « Lobet den Hernn » et « Jesu meine Freude ». Ce concert fut aussi l’occasion d’explorer les sources d’inspiration du Maître : le chœur y a interprété le motet « Tristis est anima mea » de Kunhau et sa version revisitée par Bach, « Der Gerechte kommt um », ainsi que le motet « Tilge, Höchster, meine Sunden » écrit d’après le « Stabat Mater » de Pergolèse.

Le printemps 2014 est marqué par un déplacement du chœur en Bourgogne, pour un concert à Nuit Saint Georges consacré à des motets de Saint Saens, Massenet, Franck et Fauré.

Au mois de septembre, le Petit Sablon participe au festival « Singing Brussels Celebration Weekend » à Bozar.

La fin de l’année marque le retour vers la musique baroque française, avec le « Requiem » de Jean Gilles et la reprise de la « Messe de Minuit » de Marc Antoine Charpentier.

En 2015, l’Ensemble poursuit son parcours au fil du répertoire baroque en abordant cette fois Purcell au travers des « Funeral Sentences » et Händel avec les « Joyful choruses ». Le concert du mois de juin propose également la « Kleine Orgelmesse » de Haydn.

Ce programme sera repris en octobre 2016 dans le cadre du 15
e festival « Echo » de Baudour (Saint Ghislain).

Décembre 2015 représente une étape particulière, avec la célébration des dix ans d’activités de l’Ensemble par le concert « Rejoice ! » donné en la cathédrale Saints Michel et Gudule de Bruxelles, dans le cadre de « Ars in Cathedrali ». Thibaut Lenaerts a retenu pour fêter l’événement des pages brillantes extraites des plus beaux oratorios de Händel avec un plateau de cinquante musiciens et chanteurs, mettant à l’honneur des airs et des chœurs de Theodora, Jephta, Rinaldo, l’Allegro, The Messiah, ...

En 2016, le travail du chœur explore à nouveau le répertoire romantique allemand : Schubert, avec notamment « Ständchen, Zögernd Leise » pour mezzo-soprano et voix de femmes, des motets de Mendelsohnn et les « Zigeunerlieder » de Brahms. Ce programme est donné en petit comité au mois de juin et dans une version plus étoffée fin novembre.

Le début de l’année 2017 est consacré à la préparation de la « Johannes-Passion » de Jean Sébastien Bach, mis au programme de la saison 2017-2018.

Au mois de mai, l’Ensemble est invité au « Bach Heritage Festival» à Bozar, avec les motets « Lobet den Hernn » de Jean Sebastien Bach et « Aus Tiefer Noth schrei' ich zu dir » de Félix Mendelsohnn Bartholdy.